Vie de la congrégation des soeurs de la Sainte Trinité

10/05/2019

Sr Marie Christophe MASSON, entrée dans la Maison du Père

Sœur Marie Christophe MASSON,

Vient d’entrer dans la joie de Dieu Trinité

le 9 mai 2019 à Pont de Beauvoisin.

Née le 23 décembre 1936 à Châbons en Isère, Baptisée le 25 décembre1936 sous le nom de Gilberte Marie Jeanne.

Elle a fait profession le 23 août 1962 à Pont de Beauvoisin.

Née au sein d’une famille nombreuse, chrétienne et soudée, à 23 ans elle est arrivée au Couvent du Rosaire désireuse de donner sa vie à Dieu et au prochain dans une Congrégation rurale. Son premier lieu de vie communautaire fut Villeurbanne où elle exerça en tant que Travailleuse Familiale tout en préparant une Licence d’Enseignement Religieux à la Faculté Catholique de Lyon.

Ensuite, elle a vécu à Grenoble, rue Saint Laurent, puis à la Villeneuve en Communauté Inter-Congrégations. Un lieu où un partage de vie et de foi existait. Puis, à Villefontaine comme Travailleuse Familiale et Responsable du Catéchuménat durant sept ans. Elle accompagnait les adultes qui souhaitaient être baptisés, notamment ceux du Sud-Est asiatique. Son contact avec eux l’attira vers la Thaïlande dans les camps de réfugiés Khmers ceci pendant 4 ans avec les Missions Etrangères de Paris. Puis elle est partie au Cambodge, deux ans à Kompong Thom et 22 ans à Phnom Penh au Service du Catéchuménat et au sein d’un Foyer de Jeunes. Grâce à sa formation, elle a pu réaliser plusieurs ouvrages de catéchisme traduits en Khmer.

« Je ne suis cependant pas partie pour convertir les gens, disait-elle, mais pour vivre avec eux l’appel à la Foi. C’est un peuple auquel je me suis profondément attachée. J’ai appris à parler leur langue, pour mieux les comprendre et mieux les aider. En outre, c’est une Eglise jeune, pleine d’avenir !… Je souhaite en faire partie le plus longtemps possible ! »

A cause de sa maladie, elle est revenue en France en 2016, puis sa santé retrouvée, elle était heureuse de mener une vie presque normale, de personne du troisième âge, avec des contacts, la participation à diverses réunions, et à des journées conviviales. Après une bonne journée communautaire, elle se retrouvait subitement, dans un état second entre la vie et la mort. La mort l’a emporté mais en réalité c’était pour la Vie, la Vie Eternelle qu’elle partage maintenant.

Merci chère Sœur Marie Christophe pour le don de votre vie !