Vie de la congrégation des soeurs de la Sainte Trinité

18/10/2019

Sr Anne DUCHENE, entrée dans la Maison du Père

Sœur Anne DUCHENE

Est entrée dans la joie de Dieu Trinité le 16 Octobre 2019 à Forcalquier.

 

Née le 8 juin 1928 à Plestan aux Côtes d’Armor.

Baptisée le 9 juin 1928, sous le nom d’Anne.

Elle a fait profession le 18 juillet 1948 à Valence.

 

Les parents de Sr Anne étaient cultivateurs. Ils eurent 6 enfants, 5 filles et l garçon.

Sr Anne est jumelle avec Sr Noëlle. Elles sont les deux dernières. A 8 ans, elles perdent leur Maman, immense souffrance. Elles vont à l’école de Plestan jusqu’à l’âge de l2 ans puis à Plancoët chez nos sœurs trinitaires jusqu’à l8 ans. En l947, elles entrent toutes les deux au noviciat de Valence. Après sa Profession, Sr Anne est envoyée pour 2 ans à Plancoët puis part pour Oran St Louis et Sidi Bel Abbés comme lingère. Plus tard, elle rendra aussi service en Avignon et à Lyon comme couturière. Une autre mission l’attend au Puy où elle sera sacristine et au service des prêtres. Sa sœur ainée, Sr Bénigne est à la maison-mère à « la couseuse » où elle confectionne tous nos habits religieux Elle l’aidera pendant plusieurs années. C’est à Voiron-Coublevie que Sr Anne s’occupe des personnes âgées. Sa santé ayant toujours était fragile, c’est à son tour de rentrer en Maison de Retraite. Elle rejoint Forcalquier en 2006 où elle retrouve Sr Bénigne. Deux ans après,
Sr Noëlle les rejoindra. Dans la même famille, trois sœurs religieuses, c’est beau. Sr Anne était douce et affectueuse. Elle savait parler aux personnes avec gentillesse. Elle allait s’assoir à l’entrée pour discuter avec les résidents et leurs visites. Elle était très heureuse lorsqu’elle voyait un enfant et admirait les beaux bébés et leur faisait un grand sourire. Sr Anne aimait qu’on la taquine et riait de bon cœur. Quand une personne était en difficulté, elle allait tout de suite pour lui rendre service. Elle avait le don de l’émerveillement devant la nature, les animaux, une belle carte, un service rendu. Elle avait un cœur d’enfant. Le Seigneur ne nous a-t-il pas demandé de «redevenir comme des petits enfants», c’est-à-dire de s’abandonner totalement à Lui et de recevoir tout de Lui ?

Sr Anne était heureuse à Forcalquier et savait être reconnaissante envers le personnel qui lui apportait beaucoup de tendresse. Elle en avait besoin pour continuer la route. Combien de fois leur a-t-elle dit : « comme vous êtes gentils » !

Maintenant, Sr Anne, vous vivez dans la tendresse de la Vierge-Marie que vous aimez tant. Vous aimiez lui chanter des chants même si vous chantiez faux. Elle a dû souvent vous sourire !