Vie de la congrégation des soeurs de la Sainte Trinité

06/05/2022

Le maire de Valence remet un blason aux soeurs trinitaires

 

La maison mère des soeurs trinitaires de Valence, vieille de plus de trois siècles, a été démolie en 2021. En ce début du mois de mai 2022, Benjamin Misery, président directeur général de Sénioriales et Nicolas Daragon, maire de Valence, ont remis à la congrégation leur emblème qui a été extrait de sa façade.

Il aurait été plus facile de donner un coup de bulldozer sur tout le bâtiment de la rue Farnerie qui accueillait à la fin du 17e siècle l’Hôtel Dieu, (hôpital pour les grands blessés de guerre), puis l’école et le noviciat de la congrégation des sœurs Trinitaires, que l’on comptait par plusieurs centaines.

Mais l’entreprise de démolition a voulu garder une trace de l’histoire et une pierre de près d’un mètre de diamètre a été enlevée avec soin. Elle comportait l’emblème de leur congrégation. “Ce n’est pas n’importe quelle pierre, fait remarquer sr Bénédicte Marie, responsable régionale, c’est la croix trinitaire!” avec la mention 1685, année de leur création à Valence. Elle leur a été remise officiellement par le maire de Valence et le responsable immobilier de la future maison de seniors qui remplacera la maison Mère.  « C’est un moment de  joie et d’émotion pour l’ensemble de notre congrégation… La remise de cette pierre est un peu comme si vous nous remettiez un héritage qui nous oblige. Vous ravivez notre mémoire et vous nous rappelez notre passé dont nous sommes fières. Nos soeurs ont traversé des crises avec courage et audace, dévouement et esprit de foi et parfois de façon héroïque … Nous aurons aussi à traverser les crises de notre temps… Cet emblème est chargé de sens pour nous. Cette croix trinitaire nous rappelle que Dieu est amour et qu’Il prend soin de l’homme», témoigne sœur Bénédicte Marie,  actuellement en visite officielle à Valence.

Un jour, nos soeurs trinitaires n’auront qu’à traverser la rue pour “aller prendre soin des seniors”…. L’histoire se poursuit… autrement !

Ce morceau d’histoire de la ville de Valence et de la congrégation va rejoindre le musée des sœurs trinitaires à Lyon ces prochains jours.