Famille trinitaire

14/03/2022

Les chrétiens ukrainiens subissent l’invasion de Poutine

En Ukraine , une grande majorité chrétienne est orthodoxe et, parmi les minorités, 9% sont catholiques grecs. La religion majoritaire en Ukraine est le christianisme orthodoxe oriental , qui est divisé en Église orthodoxe d’Ukraine ou Patriarcat de Kiev, dont le chef est le métropolite Épiphanie Ier d’Ukraine et qui représente 42,1 % de la population ; et l’ Église orthodoxe ukrainienne sous le patriarcat de Moscou , qui s’est séparée de l’ancien en 2018 et comprend 29% de la population.

En revanche, l’ Église gréco-catholique ukrainienne fait partie des Églises catholiques de rite byzantin et 14,1 % des Ukrainiens en font partie. Sa liturgie et ses traditions sont similaires à celles des orthodoxes, mais sont en communion avec le Saint-Siège. Il est dirigé par l’archevêque majeur Svyatoslav Shevchuck de l’archiéparchie ukrainienne de Kiev-Halych.

Les gréco-catholiques ukrainiens sont concentrés dans les provinces occidentales limitrophes de la Pologne , notamment dans la ville de Lviv (Lviv). Il existe 16 éparchies ou exarchats, équivalents de diocèses et de vicariats, de l’Église dans tout le pays, y compris la Crimée, Lugansk et Donetsk ; Ces deux dernières sont les régions que Vladimir Poutine a reconnues comme des républiques indépendantes et qui ont le plus souffert du conflit armé. Les régions à majorité gréco-catholique sont celles qui souffrent le plus des bombardements en raison de leur situation géographique, moins protégée que d’autres zones plus militarisées.

De plus, il y a environ plus d’un million de catholiques de rite latin ou romain en Ukraine, ce sont principalement des immigrés polonais et hongrois. Ils forment quelque 863 communautés qui ont 474 prêtres à leur service. Ils sont principalement concentrés dans l’ouest du pays, comptent six diocèses suffragants de l’archidiocèse de Lviv et ont des liens culturels avec la Pologne et la Hongrie.

Les églises catholiques ont été sévèrement persécutées en Ukraine lorsqu’elles faisaient partie de l’ Union soviétique , et la reprise du conflit entre la Russie et l’Ukraine dans les années 2010 a entraîné des craintes de conflit et de persécution des églises. En 2014, après l’annexion de la Crimée par la Russie et les conflits armés dans d’autres régions frontalières entre les forces militaires ukrainiennes et les groupes rebelles pro-russes et les soldats russes, le nonce apostolique en Ukraine de l’époque a mis en garde contre un retour des persécutions en raison de l’expansion de la Russie sur le territoire ukrainien.

Par conséquent, la minorité chrétienne porte le poids de la persécution russe. Ce conflit aggrave la situation de ces personnes et, surtout, la liberté religieuse.