Famille trinitaire

07/12/2021

L’armée birmane attaque un centre de santé chrétien

Les derniers événements nous emmènent au Myanmar, en Birmanie. Les soldats de l’armée birmane ont fermé cette semaine un centre de santé géré par l’église locale à Loikaw, dans l’État de Kayah, où vivent la plupart des chrétiens. L’armée a fait irruption dans le centre de santé et a volé des fournitures médicales, arrêtant dix-huit médecins et membres du personnel de santé. Dans le même diocèse de Loikaw , cinq religieuses de la Vierge ont été enlevées par la police ainsi que le curé et le personnel de santé bénévole. Tel que rapporté par Infocatólica d’Asianews : ils ne savent toujours pas où ils sont.

La plainte a été déposée par le père Wilbert Mireh , un prêtre jésuite qui a rapporté sur Facebook une nouvelle attaque de la junte militaire contre les plus vulnérables.

Vers 10 heures du matin, environ 200 soldats ont fait irruption dans l’enceinte de l’ église catholique de Loikaw « avec toutes sortes d’armes » et « ont passé toute la journée à fouiller chaque pièce, à arrêter ceux qu’ils voulaient, à voler tout ce qu’ils leur ont donné. Il la gagne et envoie les gravement malades là où ils décident », poursuit le père Mireh.

« L’objectif principal des voyous (les soldats) était de suspendre complètement les soins de santé inclusifs et caritatifs dont tant de personnes dépendent dans l’État de Kayah. Il s’agissait d’une attaque délibérée et violente contre des travailleurs bénévoles, des patients de toutes origines religieuses et sociales et la minorité catholique du pays. “

La clinique Karuna , en effet, est gérée par l’Église mais reçoit des patients de toutes religions et classes sociales. Le père Mireh a précisé plus tard que ce n’était pas la première fois qu’une telle attaque était enregistrée. Des soldats ont déjà attaqué et même bombardé des installations catholiques à Kayah à plusieurs reprises, mais, note le jésuite : « Nous ne nous inclinerons jamais devant eux par peur. Conformément à notre foi, nous continuerons à travailler pour le bien, la vérité et la justice ».