Famille trinitaire

02/11/2021

La Turquie expulse un missionnaire Chrétien pour évangélisation

Dans le pays turc, l’islam est la religion majoritaire. Environ 95% de la population est déclarée musulmane. La majorité des musulmans en Turquie sont sunnites, c’est-à-dire ceux qui sont environ 70%. Cela signifie que Recep Tayyip Erdoğan,au pouvoir depuis 2014, veut garder le christianisme caché et minoritaire.

Ainsi, le missionnaire chrétien David Byle a été expulsé du pays pour avoir évangélisé et proclamé Jésus. Les événements se sont déroulés dans la rue, le missionnaire a organisé un spectacle de marionnettes, des pantomimes et des illustrations simples sur un tableau noir, expliquant la vie de Jésus et son évangile. Les réactions des passants ont été pour la plupart positives : « Ils se sont littéralement imprégnés des histoires sur Jésus parce qu’on ne les entend pas souvent dans les rues d’Istanbul », a expliqué le missionnaire.

La réponse des autorités turques a été une série derpresalias : comme des tentatives de l’intimider avec une série de brèves détentions, y compris des interrogatoires et même des tentatives d’expulsion. Malgré cela, David Byle a continué à mener des actions d’évangélisation. « Il faut avant tout deux choses pour prêcher l’Évangile, à savoir le courage et la créativité », a souligné le missionnaire. Il l’a également démontré dans la cellule de détention : « Il n’y a pas d’autre endroit où vous pouvez atteindre aussi facilement des gens qui ont un temps illimité pour écouter. »

Lorsqu’il a reçu la décision en 2016 qu’il devait quitter la Turquie immédiatement, David a fait appel et a attendu des années pour aller devant la Cour constitutionnelle turque. Cependant, il a été trompé par la police: il a été arrêté à nouveau en 2018 et on lui a dit qu’il avait 15 jours pour quitter le pays. « La situation s’est présentée comme si je pouvais revenir à tout moment », se souvient David. Mais à son retour en Turquie, il a fait face à une « interdiction d’entrée permanente » à l’aéroport d’Istanbul et n’a pas été autorisé à passer. Les autorités l’ont considéré comme une « menace pour l’ordre public et la sécurité » et la Cour constitutionnelle n’a plus traité son cas parce que David avait volontairement quitté le pays.