Vie de la congrégation des soeurs de la Sainte Trinité

28/03/2022

Entrée dans la Maison du Père Sr Odette BONNEFOY

Sœur Odette BONNEFOY est entrée dans la joie de Dieu Trinité le 24 mars 2022 à Forcalquier.

Née le 6 mai 1932 à Barges, en Haute Loire

Elle a fait profession le 24 juillet 1951 à Valence

 

Notre Sr Odette a été baptisée le 8 Mai 1932, deux jours après sa naissance et elle passa son enfance dans la nature dans un petit village.

Ses parents, Jean et Mathilde BONNEFOY, étaient agriculteurs. Profondément chrétiens fervents et pratiquants, ils donnèrent à leurs 7 enfants (6 filles et un garçon), une solide éducation religieuse. Si bien qu’Odette, dès sa première communion, ressentit le désir de se donner au Seigneur. Comme ses frères et sœurs, elle suivit le primaire à Sauvetat, mais pour le secondaire, elle dut partir à Valence, rue Farnerie. Là, elle connut les Trinitaires et plus tard, entra à l’école d’infirmières de Bon Secours au Puy que dirigeaient les Sœurs Trinitaires.

Diplôme d’infirmière en poche et interpellée par le témoignage de Sr Suzanne Agnès, Trinitaire, Odette pouvait enfin réaliser son rêve d’enfant et en 1950 entra au noviciat des Religieuses Trinitaires où elle fit profession le 24 Juillet 1952. Religieuse infirmière, elle travailla d’abord à Lausanne, puis 12 ans à Montélimar dans un service de médecine et 5 ans au Centre Hospitalier de Privas. Ensuite, elle retourna en Suisse comme infirmière chef. Là, elle fit 2 écoles de cadre, l’une en France et l’autre, en Suisse. Puis elle fut nommée à Privas pendant 5 ans dans le centre hospitalier. Envoyée ensuite à Forcalquier, elle porta à domicile les soins aux malades dans la campagne environnante. Ce fut la première infirmière diplômée de la ville. Là, elle reçut des habitants le surnom de « sœur piqûre ». A son départ, en 1985, elle avait ouvert la voie aux infirmières libérales. Plus tard, elle fut envoyée comme infirmière à la clinique du Puy en Velay, et là, désireuse d’accompagner les mourants, elle participa à une équipe d’aumônerie pendant 16 ans. Malheureusement, un problème de santé la ramena à Lyon en 2004. Elle quitta cette ville en octobre 2005 et choisit Lou Seren comme lieu de retraite en décembre 2011. Etant très relationnelle, elle avait eu une très bonne collaboration avec les prêtres de la paroisse. Elle devient sacristine, porte la communion aux malades, distribue le courrier, visite les personnes hospitalisées. Son sourire, sa parole positive et encourageante, sa gentillesse, lui ont permis d’être très appréciée des malades. Elle soignait la personne dans tout son être. Elle avait le sens de la famille, ses sœurs jumelles l’ont beaucoup entourée.

Sr Odette participait activement à la vie communautaire. Elle savait pardonner et ne gardait pas rancune. Elle demandait pardon avant le coucher du soleil, sinon le lendemain avant la messe.

Très fidèle à la prière malgré ses nombreux ennuis de santé, elle aimait beaucoup prier, se nourrir de la Parole, la méditait et la partager. La communion était pour elle sa plus grande joie : « Mon bonheur », comme elle le disait souvent. Sr Odette avait une grande dévotion à la Vierge Marie et elle priait souvent Notre Dame de Pradelle, Notre Dame du Puy, Notre Dame des Neiges.

Toute sa vie, et surtout les derniers temps, elle redisait la prière qu’elle avait appris, sur les genoux de sa maman : « Jésus mon Amour, Marie ma tendresse ».