Vie de la congrégation des soeurs de la Sainte Trinité

04/11/2021

Entrée dans la Maison du Père Sr Marie – Georges CLOITRE

Sœur Marie – Georges CLOITRE

Est entrée dans la joie de Dieu Trinité le 1er novembre 2021 à Pont de Beauvoisin.

Elle a vu le jour le 17 janvier 1922 à St Pierre d’Entremont en Savoie dans une famille de 4 enfants. Famille chrétienne ayant le sens de l’honnêteté et du devoir. Par contre à l’Ecole, comme elle le disait : formation religieuse nulle, et parfois prise de position hostile à tout ce qui touche à la religion.

Voici maintenant ce qu’elle voulait dire elle-même en ce jour :

« A noter un souvenir durable de ma première communion et de ma communion solennelle qui me marquèrent profondément.

Joie aussi d’adhérer à un Mouvement d’Action Catholique. Mon premier appel à la Vie Religieuse a lieu au moment de ma première communion et de ma communion solennelle grâce à des encouragements discrets et intelligents de Sr Théodorine, disait-elle !… Je prends l’habit en septembre 1939, j’obtiens le Brevet Elémentaire en 1940 et je fais profession perpétuelle en septembre 1946. J’obtiens ensuite le BAC en 1949. Le poste occupé pour faire la Classe a été Entre-Deux-Guiers avec une interruption de 6 mois à Saint Laurent de Grenoble. Je fus à la fois institutrice, jardinière et sacristine… J’affirme mon entier dévouement au Rosaire, où, il faut le reconnaître, depuis nos chères Mères jusqu’à n’importe laquelle des sœurs, quoique à des degrés différents, on peut trouver des guides sûrs, des appuis dans les difficultés et une affection profonde. Puisqu’il nous a été demandé d’exprimer des désirs, je voudrais pouvoir obtenir la possibilité de ne pas être une nullité en cuisine. Aussi, durant les retraites d’été, je fais des remplacements à notre cuisine du Couvent pour être un peu moins prise au dépourvu !… Je quitte la Direction du Primaire en 1987 et la Direction du Collège en 1977.

Je garde un très bon souvenir de ces années de combat !… Et je suis heureuse de finir ma vie à la Maison-Mère. »

En cas de centenaire peu probable, ayant assisté à deux célébrations de centenaire en 2014 et 2017, ayant supposé les frais engagés et la peine donnée aux organisatrices, elle refuse toute manifestation : repas, chants improvisés ou non… Elle accepte seulement les prières !…

Elle nous laisse le soin de préparer ses funérailles et nous en remercie ! ”

C’est nous qui disons MERCI à Sœur Marie-Georges et nous demandons pour vous le Paradis !