Vie de la congrégation des soeurs de la Sainte Trinité

05/09/2019

Sr Marie Chantal ROUX, entrée dans la Maison du Père

Sœur Marie Chantal ROUX

 

Vient d’entrer dans la joie de Dieu Trinité, le 3 septembre  2019 à Pont de Beauvoisin.

 

Née le 30 juillet 1921 à Vimines en Savoie.

Elle a fait profession le 26 août 1944 à Pont de Beauvoisin

 

Notre Sœur Marie Chantal a vu le jour à Vimines dans une famille rurale, animée d’un grand esprit de foi. A vingt ans, elle arrivait dans la Congrégation des Sœurs du Rosaire. Son amour pour la jeunesse fit qu’elle a suivi toute une formation pour devenir Enseignante dans les Centres Ménagers de Saint Siméon de Bressieux et de Cordéac. Puis, par la suite dans la Communauté de Monestier de Clermont. Des années inoubliables de vie donnée à fond, à Dieu et au service des adolescentes qui lui étaient confiées. Ceci avec un souci très grand d’entrer et de demeurer en lien avec les parents de ces jeunes. Marquée par l’Action Catholique rurale, elle ne perdait aucune occasion d’aider les enfants et les jeunes à entrer en lien avec leur prochain, la nature et son Créateur. Mille et un tours dans son sac pour captiver ces enfants et ces jeunes et prendre soin de leur vie spirituelle. La montagne ne lui faisait pas peur, bien au contraire, elle l’ attirait. Que d’escalades dans les monts du Trièves : le Serpaton, le Col de la Brêche, la Salette, l’Obiou et bien d’autres. Que de louanges au Créateur face à ces splendeurs et en lien avec toutes les herbes ou fleurs trouvées sur son chemin. Elle savait le nom de chacune et dans ses yeux lumineux on pouvait lire un grand MERCI à Dieu l’auteur de tout don. Son amitié était fidèle… Elle a créé des liens qui aujourd’hui demeurent encore. Toujours disponible, toujours accueillante, la porte était ouverte à tous !… Elle vivait en lien étroit avec sa chère sœur Gabrielle-Marie, religieuse du Rosaire, née Simone, décédée très jeune… Elle l’appelait à l’aide ! Revenue à la Maison Mère à cause de l’âge, elle a eu la douleur de perdre peu à peu la vue. Mais cependant si ses yeux n’y voyaient plus son regard n’en était pas moins lumineux. Maintenant elle est en pleine lumière, celle de Dieu lui-même. Merci de le prier pour nous. A elle, notre profonde affection fraternelle et pour elle, chère Sœur Marie Chantal, notre prière.

Avec elle nous chantons ALLELUIA !