Vie de la congrégation des soeurs de la Sainte Trinité

06/07/2020

Entrée dans la Maison du Père, Sr Maria Carla PAULAZZO

Sœur Maria – Carla PAULAZZO

Est entrée dans la joie de Dieu Trinité

Le 3 juillet 2020 à Bromley

 

Née le 5 avril 1939 à Cavaso del Tomba, Treviso – Italie.

Elle a fait profession le 7 septembre 1964 à Valence.

 

Notre Sœur Maria Carla, après sa profession, a été envoyée à Cerfroid comme cuisinière puis à Turin, Crouy, Rome, Avignon.  Partout elle faisait de la catéchèse et rendait divers services.

Pendant l’été elle faisait des colonies. Excellente cuisinière, elle cherchait à faire plaisir aux jeunes et aux adultes.

Fine éducatrice, avec humour, elle savait intéresser les enfants aux tâches ménagères, jusqu’à susciter entre eux une joyeuse émulation. En toute simplicité, elle avait un parler vrai qui pouvait éveiller les aînés aux valeurs de la vie. Elle est arrivée en pays anglophone en 2002, précisément dans notre communauté de Corduff près de Dublin où elle était enchantée de pouvoir se familiariser avec la langue pour pouvoir communiquer avec ses trois neveux, nés en Angleterre :  A Corduff, tout en apprenant l’anglais et en donnant un coup de main à la paroisse, elle faisait profiter nos sœurs de ses excellents dons de cuisinière. Après la fermeture de cette maison, elle a été envoyée dans  la petite communauté de Biggin Hill, en Angleterre où nos Sœurs étaient occupées à la paroisse pour aider le curé qui comptait beaucoup sur elles et où, comme elle avait un grand cœur, elle était très aimée et avait beaucoup d’amis à qui elle faisait du bien avec son grand sourire et sa conversation à l’italienne.  En 2010 les Sœurs de Biggin Hill sont rentrées à la communauté de Bromley. Sœur Maria Carla a pris en charge la sacristie, dont elle s’occupait d’une façon impeccable et, bien sûr, quand c’était son tour elle nous faisait des plats délicieux à la cuisine.  Mais en 2012 elle a été invitée par Michel Côté, laïc trinitaire, à faire partie de son équipe d’aumônerie à la prison de Brixton ; et alors, elle a trouvé sa vocation de visiteuse de prison. Voici une citation de l’homélie de sa Messe de Noces d’Or : «En plus d’assister à la Messe avec les prisonniers le dimanche, elle s’y rend en semaine pour participer avec les prisonniers aux groupes d’étude biblique où, après avoir lu un passage de l’Ecriture, ils le dramatisent en jouant les différents rôles avec leurs propres interprétations et mots. Notre Sœur rencontre également des prisonniers dans leur cellule, tâche ardue quand on pense que certains sont ce que nous pourrions appeler des types durs qui, à l’occasion, pourraient être dangereux. Cela dit, c’est dans ces institutions que les femmes réalisent leur vocation – dans des conditions difficiles de la vie carcérale—dans une institution entièrement masculine —le cœur féminin, l’esprit féminin, l’intuition féminine peuvent fournir cet élément additionnel si nécessaire à la réadaptation. Sœur Maria Carla, dans votre ministère à la prison de Brixton vous êtes comme le Christ parmi ceux qui ont besoin d’acceptation, de pardon, de miséricorde, d’être remis debout. Votre présence en prison apporte apaisement et rassurance à ceux que la société peut facilement rejeter…  Votre présence manifeste le visage humain du Christ – attestant du fait que les gens peuvent changer, car c’est cela la Rédemption.  Et, pour moi, ce travail est si proche du charisme de vos fondateurs, St Jean de Matha & St Felix de Valois : le ministère de la charité rédemptrice ». Elle a continué ce ministère aussi longtemps que sa santé lui a permis, se levant tôt le matin pour se rendre à la prison par le bus et le train par tous les temps : Le Seigneur l’accueille maintenant dans son Cœur au Ciel « Venez les bien-aimés de mon Père, J’étais en prison, et vous m’avez visité ».