Vie de la congrégation des soeurs de la Sainte Trinité

31/05/2022

Éditorial de Juin 2022

Être solidaires pour construire la Paix

Au moment où va sortir l’éditorial de ce Trait d’union, la guerre en Ukraine est dans toutes les mémoires ! Comment peut-on parler de paix quand nous voyons les images de toutes les destructions des infrastructures en Ukraine, surtout les images de toutes ces personnes mortes, blessées, traumatisées, victimes de la guerre ? Notre cœur nous pousse à faire quelque chose à notre niveau. Tant de gens se proposent sur le terrain pour apporter leur contribution. D’autres interviennent dans l’action humanitaire, ou participent à une chaine de prière pour supplier Dieu de mettre beaucoup d’amour dans le cœur de l’homme pour qu’il devienne instrument de Paix. Entendons l’appel incessant du Pape François pour arrêter la guerre, celui des chefs d’état, des responsables religieux atterrés devant tant de victimes. Toutes les personnes de bonne volonté cherchent des moyens de négocier pour mettre fin à cette guerre. Tout cela manifeste le désir, la soif d’être solidaires.

Nous sommes conscientes que beaucoup de pays sont en guerre dans le monde. Nous pouvons alors éprouver de l’impatience, du découragement, parfois même de l’exaspération. Tous ces sentiments sont compréhensibles. Mais ils ne doivent pas nous empêcher de chercher quel geste de paix poser là où nous sommes, pour être en solidarité avec tous ces peuples victimes de la guerre. La paix est un grand défi pour notre monde actuel et nous sommes tous concernés.

En Europe, plusieurs pays ouvrent leurs frontières pour accueillir les exilés ukrainiens, quel bel esprit de solidarité ! L’appel du Pape François à construire la fraternité humaine se fait entendre de plus en plus selon les évènements de ce monde, un monde où Dieu nous crée libres pour le transformer selon son dessein.

Cette période nous interpelle profondément : la guerre, la pandémie, la lutte contre la pauvreté, les questions migratoires, le changement climatique… Cela nous fragilise à tous points de vue dans nos certitudes. Nous prenons conscience que beaucoup de choses nous échappent. Cela nous bouscule dans notre manière de penser et d’agir et nous pousse à être créatifs pour un monde plus solidaire. Il est sûr que nous n’en sortirons pas en voulant tout contrôler, tout maîtriser. Heureusement, Dieu créateur est présent au milieu de nous. Encore faut-il que nous ouvrions nos cœurs à son Amour de Père !

Continuons à poser des actes de responsabilité solidaire envers ceux qui sont autour de nous ou loin de nous en utilisant de façon raisonnable la communication numérique à notre service.

Nous ne pouvons pas rester insensibles devant les crimes de violence surtout à l’égard des femmes, des enfants et des personnes âgées vulnérables. Ils portent dans leur chair la souffrance du Christ. Surmontons nos difficultés actuelles ensemble, grâce aux liens humains dont nous avons redécouvert la valeur quelles que soient les circonstances.

L’homme est un être relationnel. Or, « si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui », affirme saint Paul (1 cor 12,26). La solidarité est donc un principe social qui ordonne les institutions. Elle est aussi une vertu morale, bien plus « ferme et persévérante » que ne saurait être « un sentiment de compassion vague ou d’attendrissement superficiel », selon les mots du Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise.

Il est réconfortant d’observer combien la solidarité et l’engagement restent vivants dans notre monde.

A tous et à chacun je souhaite déjà une :

Belle fête de la Sainte Trinité !

Sr Myriam