Orphelinats

Bel Air, Antananarivo, Madagascar

Mt (25, 45) : « Je vous le dis, en vérité, toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. »

Pere_Joseph_de_Villele-78650

Père Joseph de Villele

Créé en 1905 par le Père Joseph de Villèle, un prêtre jésuite, le centre accueillait au départ des enfants abandonnés. En souvenir de son lieu de naissance, le père Joseph donne le nom de Bel Air au centre.

Quand aux enfants, il les appellera les « PAULINS », du nom de l’un de ses amis.

En 1940, l’Oeuvre des Paulins est reprise par la Congrégation des Religieuses Trinitaires. Depuis, nous accueillons chaque année une centaines d’enfants de 3 à 14 ans ; garçons et filles.

Les Paulins

Les Paulins

Ils résident au Centre durant toutes les périodes scolaires. Pendant les vacances, nous essayons de les intégrer dans leur famille, quand ils en ont (parfois membres lointains).

En dehors des heures de cours, nous essayons de les responsabiliser et d’apprendre à servir : ainsi, ils participent aux petites tâches quotidiennes : arrosage du jardin, nettoyage de la cours, cuisine,…

Pendant le week-end, ils s’initient aussi à quelques métiers, à savoir : menuiserie, couture, broderie, confection de cartes « papier « antaimoro ». Nous souhaitons leur apprendre leur métier d’hommes et les préparons à l’avenir afin qu’ils l’abordent en hommes debout et libres.

Une semaine d’un Paulin

Il existe trois « lieux de vie » distinctifs selon s’il s’agit de garçons, de filles ou de plus petits enfants (ceux de moins de cinq ans) qui sont à la crèche.

Orphelinat de Tana_

Orphelinat de Tana_

« Les garçons » : ce sont eux qui sont en plus grand nombre ; souvent ils représentent les deux tiers de tous les Paulins. Ils occupent deux grands dortoirs, sous le regard bienveillant de deux éducatrices (parfois des laïques). Ils vont à l’école cinq jours sur sept par semaine et durant le week-end ils s’adonnent à la lessive, au jardinage et aux travaux manuels ou activités sportives.

« Les filles » : elles occupent un dortoir à part de celui des garçons, celui-ci se trouvant dans un autre bâtiment… Des précisions qui ne sont pas négligeables, pour l’éducation des jeunes adolescents ! Comme les garçons, elles vont à l’école tous les jours de la semaine et le week-end elles ont des activités communes.

« La crèche » : compte tenu de leur jeune âge (compris entre trois à cinq ans), les petits ont un rythme de vie différent de celui des grands. Ils occupent donc un autre dortoir, adapté à leur taille et à leur rythme.

En dehors de l’école, les Paulins ont d’autres tâches à accomplir dues au fait de vivre en collectivité, notamment l’apprentissage de leur vie civile et sociale.