La fondation

L’Etablissement à Valence

soixantecinq-2En 1685, Monseigneur de Cosnac , évêque de Valence, demande quelques Filles de St Nizier pour desservir l’Hôtel-Dieu.

Monseigneur de Morange envoie trois sœurs, dont Sœur Jeanne Adrian comme supérieure, qui s’installent à l’Hôtel-Dieu à Noël de cette même année.

repas-2-a8f39-bddc5Elles se donnent généreusement au service des malades et des pauvres, tout en suivant la Règle des trinitaires contemplatives qu’elles appliquent depuis la fondation de la Communauté.

L’enracinement et la croissance (1690 – 1787)

Valence en Dauphiné

Valence en Dauphiné

C’est une période qui va permettre à la communauté de s’enraciner fortement et de grandir dans sa vie religieuse et apostolique.

Deux supérieures importantes de cette période sont Mère Marie Marthe de la Forge, sœur du Supérieur général des Trinitaires, et Mère Françoise-Michèle de Grandmaison. Toutes deux vont travailler avec la Communauté pour développer et consolider l’œuvre déjà commencée.

Au temps de Mère Marie Marthe, la Communauté sera rattachée à l’Ordre de la Sainte Trinité et fondera à Valence une Confrérie de la Sainte Trinité.

En 1703, Monseigneur de Morange meurt et toutes les communautés établies deviennent alors autonomes.

En 1727, avec Mère Françoise-Michèle supérieure, Le Roi Louis XV approuve par Lettres Patentes les Filles séculières hospitalières de Hôtel Dieu de Valence.