Face aux drames de l’immigration, la « honte » des évêques français

« Migrants : nous sommes tous concernés ». C’est en ces termes que les évêques de France réagissent, mercredi, aux tensions, créées par la « présence de personnes migrantes », à la frontière italienne, à Calais ou encore à Paris. À trois jours de la Journée mondiale des réfugiés, le conseil permanent de la Conférence épiscopale française a publié une déclaration.

La CEF exhorte les « gouvernants à intensifier une coopération internationale à la hauteur des enjeux. L’Europe doit tout particulièrement assumer ses responsabilités et appeler les pays qui la composent à apporter une réelle réponse ».

Les prélats de l’Hexagone déclarent leur « honte », comme l’a fait le Pape François, devant ce qui se passe en Méditerranée comme à Calais. Ils invitent ainsi « l’ensemble des catholiques en France à changer leur regard, à se faire proches, à dépasser leurs préjugés et leurs peurs et à oser la rencontre ».

« Il ne nous est pas possible de nous replier sur nous-mêmes, écrivent les évêques, et d’ignorer la misère de tant d’hommes, de femmes et d’enfants du monde entier qui cherchent seulement à vivre dignement ». La déclaration invite à prendre conscience que cette situation « va malheureusement continuer à s’aggraver et que c’est toute la communauté nationale, l’ensemble de la société qui est concerné ».

Enfin, les prélats saluent l’engagement de nombreux catholiques s’impliquant « auprès des frères étrangers par l’accueil, le soutien et le souci de leur donner des conditions de vie décentes ».