Ensemble, donnons de la joie !

Aujourd’hui, à travers l’actualité, les médias, le quotidien de notre monde connait la violence.

Des cris de souffrance, de peur, de revendication, de mécontentement et d’insécurité se font entendre. Chaque jour nous essayons de comprendre ce que nous entendons, ce que nous voyons en cherchant à nous rendre plus proches de ceux qui crient  afin de découvrir ce qui peut nous révéler leur identité, leur propre histoire et ses valeurs. En tournant notre regard vers l’autre : c’est vers le Christ que nous nous tournons.

Là où nous sommes, nous pouvons participer à des solidarités internationales ou nationales et partager ce que nous avons, ou ce que nous sommes pour donner de la joie de vivre à ce monde qui est en effervescence permanente.

Joie, mais quelle joie ? Le Pape François nous dit : « Notre joie la plus profonde vient du Christ : être avec Lui, marcher avec Lui, être ses disciples ». Dans notre quotidien, cultivons notre désir d’être des hommes et des femmes qui savent s’émerveiller. Emerveillement devant l’amour de Dieu pour nous, pour nos frères et sœurs, émerveillement devant la beauté de la création. Le pauvre sait s’émerveiller. Cet émerveillement produit en nous la joie. Bien sûr, il ne s’agit pas de nous laisser porter par un sentiment d’allégresse naïf. Nous sommes convaincus que la joie est un don du Seigneur et elle nous remplit de l’intérieur.

Entretenons notre désir de poser chaque jour un acte qui fait la joie des autres, efforçons-nous de rendre les autres heureux. N’hésitons pas à donner un coup de fil à une personne seule, à sourire à ceux que nous rencontrons, à savoir prendre du temps pour donner des nouvelles à un membre de notre famille ou à un ami, ou encore faire attention à une personne que nous rencontrons souvent mais que nous ne remarquons même pas. La liste est longue mais à chacun de trouver des actes concrets pour donner de la joie chaque jour dans son lieu de travail, au cœur de sa mission, de son établissement.  Ne nous laissons pas enfermer par la peur, la maladie, les difficultés matérielles, spirituelles ou psychologiques.

Essayons de découvrir davantage ce qui peut entraver le plus la joie dans notre vie. Quelle est notre attitude intérieure ? Sommes-nous centrés sur nous-mêmes ? C’est à nous de découvrir que la joie est toujours là mais qu’il faut la chercher, l’accueillir. Quand le Pape François dit que « la carte d’identité du chrétien, c’est la joie », il nous invite à la répandre autour de nous, à être témoins de la vraie joie qui prend sa source en Dieu Trinité. Nous sommes encore dans le temps Pascal, accueillons ce mystère de foi avec confiance. Emerveillons-nous, rendons grâce de tout l’Amour de Dieu pour ses enfants.

Sr Myriam