Éditorial Octobre 2012

« Créer du lien, une chance pour demain ! »

 A peine notre thème d’année lancé et voici de nombreux élèves et éducateurs qui se mettent à partager et à réfléchir sur le pourquoi et le comment de ce thème.

Première hésitation : créer des liens ou créer du lien ?

Les deux peuvent se comprendre, mais créer du lien est une notion plus large et plus profonde que la seule création de relations. Il faut exclure bien entendu tout lien de dépendance qui serait contraire à notre esprit de libération. Car il s’agit bien ici de libération, même s’il nous est parfois difficile d’admettre qu’on puisse se donner, s’attacher et même se lier, par un engagement par exemple, pour être plus libres !

Je pense à nos sœurs qui viennent de s’engager à suivre le Christ pour toujours : elles ne sont pas ligotées. Au contraire, elles sont devenues plus libres ! S’attacher au Christ est libérant parce qu’Il ne cherche jamais à s’approprier, à s’imposer, à accaparer pour lui, car Il donne tout, Il est tout.

D’ailleurs, c’est bien en Dieu que nous trouvons le fondement de notre thème. Pour deux raisons :

La première, c’est que nous avons pour modèle la Sainte Trinité qui est relation de personnes qui s’accueillent et se donnent.

La deuxième raison est que le Fils, en nous révélant que Dieu est notre Père, nous fait découvrir du même coup que nous sommes tous frères, fils adoptifs d’un même Père.

Voilà pourquoi nous accordons tant d’importance à la Relation et à ce qui la crée, la favorise, ou à ce qui permet de la retrouver quand elle est rompue à savoir le pardon et la réconciliation.

La première relation à établir est donc celle qui nous unit à Dieu, source de l’Amour. Et l’Année de la Foi qui vient d’être proclamée le jour du 50° anniversaire de l’ouverture du Concile devrait nous aider à approfondir cette relation à Dieu, c’est à dire notre foi, qu’elle soit petite ou grande.

C’est elle qui nous aide à aimer d’une manière créatrice, de façon inconditionnelle et gratuite. Elle nous libère ainsi de tout ce qui divise, désunit, enferme ou exclue.

Et ce faisant, elle favorise notre relation avec les autres. Réciproquement, en allant à leur rencontre, en cherchant ensemble la vérité, en nous mettant au service de ceux qui comptent sur nous, notre foi devient plus vivante.

Pour faire vivre le grand Corps que nous formons, il faut du lien, de la circulation. Et pour créer du lien, il nous faut retrouver cet esprit d’enfance et de simplicité qui ne s’arrête pas devant la différence, devant l’étrange et qui regarde l’autre comme un frère. Oui, dans un monde qui crée de la solitude, nous avons à avancer sur un chemin de plus grande humanité et donc de fraternité. En fait, nous devons vivre, non pas liés mais reliés les uns les autres.

Créés à l’image de Dieu, nous sommes faits pour la relation et la communion. Si nous nous appliquons à défaire les nœuds qui coincent, si nous bâtissons des ponts et des passerelles qui relient les groupes, les religions, les pays, les cultures, alors nous pourrons marcher libres et heureux!

Chers amis, n’attendons pas pour marcher sur le Chemin de la Relation, c’est notre seule chance pour demain !

Sr Bénédicte Marie