Éditorial Mai 2014

« Tous à la même table… »

Chers amis,

Plusieurs d’entre vous ont entendu mon appel à partager des témoignages de solidarité. Ce « Trait d’Union » y gagne en qualité et en ouverture, en diversité également. Il faut donc continuer. Nous aurons désormais des pages dédiées aux Membres Associés, à la Famille Trinitaire, au Conseil de tutelle du réseau des établissements scolaires… :

Profitez-en pour partager vos projets et expériences qui peuvent stimuler les autres. D’avance, nous vous en remercions.

Mes derniers voyages dans plusieurs pays m’ont permis de constater avec bonheur que cette année axée sur la Solidarité a été très bénéfique.

J’ai d’abord perçu que notre solidarité n’est jamais à sens unique et que ceux qui se mettent au service des autres reçoivent aussi, et parfois bien plus qu’ils ne donnent ! Il faut voir par exemple l’accueil généreux que Madagascar réserve à ses bienfaiteurs venus de loin pour les visiter. C’est tout simplement bouleversant !

D’années en années, nos jumelages, parrainages, partages de Carême… créent des liens, nous apprennent à mieux nous connaître et nous rapprochent les uns des autres. Finalement, notre solidarité nous rend plus frères et sœurs. C’est réjouissant car la fraternité va bien plus loin que la solidarité !

Voici ce qu’en dit le père Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, dans une de ses interviews.

« Plutôt que de parler de solidarité, je préfère parler de fraternité.

Qui dit fraternité, dit aussi égalité profonde, inhérente à la nature même de l’homme. Être frères, c’est être liés les uns aux autres par le sang, l’esprit, le cœur… Par Dieu lui-même.

 Je préfère rentrer dans une connaissance profonde des uns et des autres, parce que nous avons tous le droit d’être à la même table, à égalité à cette table. On ne discute pas la place d’un frère à la table commune ; sinon on le renie, ce qui constitue l’acte le plus grave qui puisse atteindre l’autre.

 Solidaires, les autres demeurent des autres, étrangers.

Frères, les uns et les autres se retrouvent à égalité, parce qu’ils se reconnaissent d’un même Père, fils ensemble de ce Père qui les aime… »

A cette lecture, que de « oui, mais… » arrivent dans notre tête, n’est-ce pas ? Que d’excuses se multiplient, nous empêchant d’aller plus loin !

Cela vaudrait la peine de repérer ces préjugés qui freinent nos élans. Ce pourrait être aussi l’occasion de lire la très belle exhortation apostolique du pape François. Elle est simple et concrète. Et ensemble, religieuses et laïcs, il serait bon de réfléchir sur ce que sont nos « périphéries » et faire des projets d’actions. Ayons de la créativité et un peu d’audace pour que les invitations de notre pape ne restent pas lettre morte. Ce serait une manière de nier la Résurrection ! Nous y croyons pourtant. Elle est à l’origine de notre Joie, cette joie offerte à ceux qui mettent en pratique la Parole de Dieu et veulent s’asseoir à la même table.

Chers amis, restons unis par la prière et la fraternité et surtout, gardons au cœur la Joie de l’Evangile !

Nous vous souhaitons une très belle fête de la Trinité.

Sr Bénédicte-Marie