Éditorial Mai 2010

 

 « J’ai fait un rêve ! »

 Il y a quelque temps, j’ai fait un rêve que je vais vous raconter :

Dieu, dont le plus grand désir est de voir tous les hommes réunis, cherchait un moyen de rassembler tous ses amis. Il savait bien que les hommes d’aujourd’hui sont très préoccupés, stressés par leur travail, accaparés par toutes sortes d’activités mais justement, Il se disait en lui-même qu’il serait bon que ces hommes et ces femmes arrêtent de courir et prennent le temps d’être ensemble et de se changer un peu les idées.

Et Dieu cherchait une opportunité.

Un jour, il reçut un coup de téléphone d’un éditeur qui avait appris à Rome que les Religieuses Trinitaires allaient célébrer leur 350° anniversaire. Avouons-le : Il avait lui-même oublié ce détail. Mais l’information étant donnée, le voici qui se mit à réfléchir car l’occasion de réunir tous ses amis lui était enfin donnée.

Sans attendre, il en parla à ceux et celles qui lui étaient le plus proches. Il vit bien que cela faisait un peu peur car tout le monde savait qu’il avait de nombreux amis et qu’on allait sûrement avoir des difficultés pour organiser tout cela.

Mais qu’importe : son désir était si fort qu’Il ne voulait pas rater une si belle occasion. Et très vite, il lança les invitations.

Comme les familles sont souvent dispersées, Il décida d’inviter largement et adressa même ses invitations aux parents de ses amis. Ainsi, ce serait un grand rassemblement familial. Il faut dire que Dieu a toujours eu un faible pour les familles.

Quelques mois plus tard, Dieu s’étonna. Il n’avait reçu que peu d’inscriptions et la date limite approchait. Alors il prit son téléphone, stimula, et il lança l’idée d’un spectacle qui pourrait attirer les plus jeunes. Mais les inscriptions n’arrivaient que lentement. On lui disait : « c’est trop loin », « les voyages sont chers ». Cela, Il le comprenait bien. Alors Il proposa un système de solidarité, mais rien n’y faisait.

Alors on lui dit : «  Mais Dieu, tu sais bien que c’est la fête des mères ! ». Oui, Il le savait bien puisque c’était Lui qui les avait créées. Mais Il pensait que c’était aussi la fête de la Trinité et que c’était donc à la fois la fête du Père et de la Mère et que c’était même la fête du Fils et de l’Esprit. Mais cela, les hommes n’avaient pas l’air de le comprendre.

 Comme Dieu est toujours patient, Il attendit et espéra…

Et Il avait raison car peu à peu, le nombre de ses amis augmentait. En regardant la liste, il fut même surpris car il reconnut des noms de personnes qu’Il n’avait pas revues depuis de nombreuses années. Par exemple, Il vit des anciennes élèves d’Algérie qui avaient quitté leur école depuis plus de 50 ans ! Et Il s’aperçut qu’il y avait des membres du personnel de maisons de retraite, de cliniques et même de maisons fermées depuis longtemps ! Et Dieu s’émerveillait de cette belle fidélité.

 Joie aussi de voir des amis de Suisse et de Belgique venir jusqu’à Lui. Sans compter tout ce qu’Il voyait se préparer avec énergie à Madagascar, en Corée, en Afrique, au Canada et partout ailleurs au même moment. Quelle ardeur impressionnante!

 Il admira aussi la disponibilité de ceux et celles qui allaient voyager en voiture ou en train durant plus de 5 heures. Et voilà la force de l’amitié, se dit-Il. C’en est une belle preuve et Il ne savait plus comment rendre grâce !

 Dieu à qui on ne peut rien cacher s’aperçut tout de même que les grands absents de la fête étaient bien les élèves et leurs enseignants, mais Il se dit avec humour : « Finalement, ils font l’école buissonnière ! » et ça, ce n’était pas nouveau pour Lui.

 Mais ce qui l’émerveillait le plus dans cette histoire, c’était l’investissement de ceux que les religieuses appellent, dans leur jargon, des laïcs trinitaires ou membres associés. Quelle énergie déployée pour préparer cette journée ! Un an de travail, de réunions régulières, de recherches, de discussions, de mails échangés. Créativité, disponibilité, esprit de service

 Et puis, il y avait ces jeunes qui, un peu à la dernière minute, il est vrai, se mirent à créer un spectacle qui promettait d’être fort en émotion. C’est que… le bruit court qu’ils ont trouvé un trésor qu’ils veulent partager.

« Ah, vraiment », dit Dieu, « j’ai eu bien raison de créer le monde car quand les hommes et les femmes s’y mettent, tous ensemble, on y passe de merveilleux moments ! »

A mon réveil, je compris que Dieu ne souhaitait qu’une chose, c’est que cette journée soit belle, fraternelle, enrichissante et féconde pour tous. Il y mettrait du sien, c’était décidé !

Notre prochain Trait d’Union nous apportera témoignages et photos sur ce grand rendez-vous du 30 mai qui n’est pas qu’un rêve: C’est la Trinité qui nous rassemble !

Un immense merci pour votre amitié, votre fidélité, votre prière et …

Bon jubilé trinitaire à tous les continents !

Sœur Bénédicte-Marie