Éditorial Janvier 2014

Chers amis,

C’est sur une page couleur argentée que je vous rejoins pour vous souhaiter, de la part de toutes les sœurs trinitaires, nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui commence. Qu’elle nous garde les yeux ouverts sur les autres, avec un regard bienveillant, les mains tendues et le cœur disponible. Tels sont nos souhaits pour un monde plus solidaire !

Dans ce Trait d’Union qui sent bon la Solidarité, vous trouverez de multiples témoignages dont je tiens à remercier les auteurs. Mais je constate que ce sont souvent les mêmes qui écrivent et j’aimerais que d’autres prennent aussi la plume ! Vous êtes tous témoins de gestes de solidarité, alors qui que vous soyez, n’hésitez pas à nous en faire part. Ce journal se veut positif pour être stimulant. L’exemple des autres peut nous édifier et nous donner le désir de faire de même, alors sachons partager aussi cela.

Nous devons nous encourager mutuellement car le service, surtout dans la durée, est parfois difficile à tenir. Et on peut se demander où donc, ceux qui font œuvre de charité, d’esprit de service et de don de soi… trouvent leur énergie !

Il faut distinguer ici le simple geste de solidarité du « service de longue durée » !

La solidarité répond à une émotion et déclenche normalement, chez tout être humain, sa générosité. Il est alors capable d’offrir son temps, ses forces et même son argent pour aider les autres, mais c’est généralement pour un temps limité.

Par contre, soutenir au quotidien une personne malade ou handicapée, écouter des personnes en souffrance, accompagner un prisonnier révolté, aller régulièrement à la rencontre des clochards, visiter et rendre service à des personnes seules…tout cela requiert, surtout à long terme, un grand esprit de gratuité et de don de soi qu’on pourrait alors appeler, non plus solidarité, mais charité. Un terme qui a d’ailleurs tendance a disparaitre de notre vocabulaire et qui n’a pas toujours bonne presse.

C’est que la charité est une vertu chrétienne et c’est sans doute là que se trouve la réponse à notre question. En effet, pour durer, il faut trouver l’énergie nécessaire, l’énergie de l’amour et cet amour est en Dieu. Il est Dieu lui-même. Seul l’Amour peut nous faire durer dans le service et le don de nous–mêmes et c’est dans notre relation avec Dieu, autrement dit dans la prière, que nous le trouvons.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a que les croyants qui peuvent rendre service. Nous avons bien des exemples qui nous montrent le contraire. Mais Dieu ne met pas de limite à l’Amour et ne se laisse donc pas limiter par celui qui ne L’accueille pas. Dieu est en tout homme et agit au cœur de l’homme, mais celui-ci ne le sait pas toujours, ou … pas encore !

 Invitation à retourner à la Source qui nous rend frères pour un monde solidaire !

Sr Bénédicte Marie