Vie de la congrégation des soeurs de la Sainte Trinité

19/02/2018

Éditorial Février 2018

SUSCITONS L’ÉMERVEILLEMENT

 width=

 

 

 

 

 

 

 

Comment parler d’émerveillement alors que les médias nous déversent jour après jour leur lot de catastrophes, de souffrance. Et pourtant, oui, il faut en parler et accueillir la beauté de la création qui révèle la bonté de son Créateur. Le Pape François dit : « Entendre chaque créature chanter l’hymne de son existence, c’est vivre joyeusement dans l’amour de Dieu et dans l’espérance.
La contemplation de la création nous permet de découvrir à travers chaque chose, un enseignement que Dieu veut nous transmettre, parce que « pour le croyant, contempler la création c’est aussi écouter un message, entendre une voix paradoxale et silencieuse ». Nous pouvons affirmer qu’« à côté de la révélation proprement dite, qui est contenue dans les Saintes Écritures, il y a donc une manifestation divine dans le soleil qui resplendit comme dans la nuit qui tombe ». Laudato Si ‘ 85

Nous rendons grâce au Seigneur pour la beauté présente dans notre cœur. Nous sommes le Temple de l’Esprit Saint. Il arrive que parfois la souffrance nous empêche de voir l’œuvre de Dieu dans la création. Heureusement, Dieu est capable d’éclairer notre regard afin de contempler son amour et son espérance. Cette contemplation nous fait sortir de notre souffrance. Elle nous invite à être attentifs à la beauté du monde. Quand Jésus parcourait la Galilée et la Judée, Il s’arrêtait pour contempler la beauté semée par son Père. Il invitait ses disciples à reconnaître dans les choses un message divin : « Levez les yeux et regardez les champs, ils sont blancs pour la moisson » (Jn 4, 35). Et il dit aussi : « le Royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a  pris et semé dans son champ. C’est bien la plus petite de toutes les graines, mais quand elle a poussé, c’est la plus grande des plantes potagères, qui devient même un arbre » (Mt 13, 31-32). Malgré la souffrance que l’homme endure, nous pouvons dire qu’heureusement notre monde est sensible à la beauté. Cette beauté se manifeste à travers les paysages, la musique, les peintures et les sculptures, l’esthétique…

Nous sommes émerveillés devant la montagne enneigée, illuminée par le soleil : c’est splendide ! L’émission « Les prodiges » montre les talents des enfants qui chantent, qui dansent, qui jouent de la musique : c’est magnifique. Quand nous visitons les musées, combien nous admirons les œuvres des peintres qui expriment la grandeur de l’homme, de la création ! Les illuminations scintillent devant nos yeux pour les fêtes de fin d’année… Il nous arrive parfois de ne pas trouver de mots adéquats pour exprimer la splendeur de la création. L’évangile de la Transfiguration
(Mt 17, 1-8) nous montre un moment clé de la vie de Jésus et nous invite à contempler sa beauté, ouvrant sur le mystère de Dieu. Le Pape François prie Marie dans la prière qui termine « la joie de l’Evangile » : « Donne-nous la sainte audace de chercher de nouvelles voies pour que parvienne à tous, le don de la beauté qui ne se ternit pas ».

La contemplation de la beauté nous entraîne à avoir un regard d’émerveillement. Nous sommes conscients que notre manière de voir les choses conditionne notre façon d’agir. Quand nous nous émerveillons devant la nature, nous agissons envers elle avec plus de respect. Essayons d’avoir le même regard pour ceux qui nous entourent. Nous sommes convaincus qu’au-delà de nos faiblesses et de nos manques, il y a en chacun de nous une beauté intérieure qui mérite d’être cultivée. L’émerveillement nous pousse à être créatifs. Plus nous nous émerveillons, plus nous avons l’occasion de mieux le vivre et de mieux aider d’autres à bien le vivre. Maurice Zundel dit : «  L’émerveillement fait jaillir en nous l’eau vive, l’émerveillement nous fait découvrir chaque jour des horizons nouveaux, l’émerveillement nous fait décoller de nous-mêmes pour nous suspendre à cet Autre en qui notre admiration repose. »

Emerveillons-nous de ce que nous avons construit ensemble au cœur du réseau Trinitaire, notre désir d’être solidaires pour édifier un monde plus juste et plus fraternel. Nous avons plus que jamais besoin d’émerveillement ! Je vous souhaite une merveilleuse nouvelle année 2018 ! Qu’elle soit porteuse d’espérance, de bienveillance et qu’ensemble nous semions une parole de vie !

Sr Myriam