Éditorial Février 2012

Brother & Sister Act !

 

Tel était le titre de la rencontre à Paris, de 600 jeunes religieux et religieuses en ce début d’année dédiée, en France, à la vie consacrée.

C’était à la veille du 2 février, journée de la vie consacrée depuis 1997.

Dans le monde entier, c’était donc un jour d’action de grâce pour tous ceux et celles qui ont donné leur vie à Dieu. Et quoiqu’on en dise, ils sont encore nombreux (1,2 million).

Une CONVICTION : le Seigneur continue d’appeler des jeunes à son service.

Un CONSTAT : ils sont moins nombreux à faire le pas de ce OUI pour toujours.

Une OBSERVATION : plus ils sont riches, moins ils répondent, un peu comme si les richesses matérielles étouffaient le spirituel.

Une CERTITUDE : tous ceux qui donnent leur vie au Seigneur, qui risquent le pas du « tout quitter », qui acceptent de partir pour une mission loin de leur famille, de leurs amis, de leur pays, qui décident de se libérer de beaucoup de choses très légitimes en soit,…tous sont récompensés au centuple.

Oui, en répondant à l’appel du Christ, nous avons la joie de vivre avec des sœurs que nous n’avons pas choisies : nous n’avons pas reçu la même éducation, nous n’avons pas le même âge (il y a parfois 60 ans de différence entre la plus jeune et la plus âgée !), nous n’avons pas la même nationalité (il n’est pas rare d’avoir autant de nationalités que de personnes dans une même communauté!)… et pourtant nous vivons ensemble, nous nous enrichissons mutuellement et nous sommes heureuses !

Mais nous n’avons pas peur de tout donner : celles qui ont un salaire le remettent à la communauté, permettant ainsi à celles qui ont une activité bénévole de vivre aussi bien que les autres. Tout est partagé et c’est peut-être cela la clé de notre bonheur. En donnant tout, nous recevons davantage !

Il y a là de quoi faire réfléchir notre humanité sur bien des aspects. En effet, à l’heure où les personnes âgées souffrent de solitude, où les immigrés sont marginalisés, où la pauvreté est ressentie cruellement par bon nombre de personnes, où l’argent, le sexe et le pouvoir deviennent un but… notre vie religieuse devrait interpeler.

Cherchant sans cesse à relever l’homme et à lui rendre sa dignité, elle peut inspirer des éléments de réponse aux questions fondamentales qui se posent aux hommes de notre temps.

Pourtant, force est de constater que notre style de vie se heurte plutôt à un océan d’indifférence.

Se donner à ce Dieu qui nous fait vivre et nous donne le bonheur n’est pas toujours compris, mais Jésus nous avait bien averti : « Comprenne qui pourra ! »

Alors, elle est vraiment bienvenue cette année destinée à mieux comprendre ce qu’est la vie consacrée.

D’ailleurs, la présence de ces 600 jeunes dansant sur le parvis de Notre Dame de Paris en a étonné plus d’un. Avec eux, nous voulons être « Missionnaires de l’Espérance ! »

C’est pourquoi, nous vous invitons le 9 juin 2012 à faire une fête de la vie consacrée dans le petit village de St Nizier où est née notre congrégation.

J’ai la joie aussi de vous annoncer que notre famille trinitaire continue de s’étendre. Cherchant à répondre aux besoins des temps, nous venons de faire deux nouvelles fondations : l’une à Kribi au Cameroun et l’autre à Manakara à Madagascar.

Et comment taire toutes ces petits pas posés en ce début d’année : 2 professions de péruviennes en Colombie, 2 professions de Coréennes en France, sans compter les entrées au postulat en Colombie, au Congo, à Madagascar, en France et les jubilés que nous célébrons régulièrement dans le monde : 50, 70, quand ce n’est pas 75 ans de fidélité !…

Comme me l’écrivait récemment une de mes sœurs : « Elle est belle la vie religieuse ! Et elle vaut vraiment la peine d’être vécue ! »

Sr Bénédicte Marie