A l’image de la Trinité, l’interculturalité, signe d’Espérance prophétique.

A l’image de la Trinité, l’interculturalité, signe d’Espérance prophétique.

Comment ce thème de chapitre peut-il vous rejoindre ? 

Pour introduire notre chapitre, le père Daniel Federspiel, Salésien, a fait un parallèle entre nos règles de vie et des passages d’Évangile.

Voici quelques pistes que vous pourrez transposer à votre vie personnelle ou familiale faites également de différences.

Voici un exemple : Avec le texte de la tour de Babel, on remarque que Dieu a voulu la différence là où l’homme préfère l’uniformité. Mais l’uniformité neutralise. En ce sens, on ne vit pas un chapitre en cherchant à faire l’unanimité.

La diversité des cultures qui est une réalité pour notre congrégation (et pour notre monde !) est aussi un levier pour l’Évangélisation. A condition que notre désir d’unité ne nous fasse pas aplanir nos différences. Il doit plutôt nous unifier c’est-à-dire nous simplifier pour aller à l’essentiel.

Notre vie en communauté internationale est certes une richesse mais elle présente aussi des difficultés. Nous devons chercher à les dépasser, non en les niant mais en s’y confrontant au quotidien de façon active. Alors, si «nous sommes appelées à chasser les démons », il faut d’abord savoir les identifier en nous.

Suivons donc l’exemple de Zachée qui a voulu voir Jésus « d’en haut ». Mais Jésus appelle « d’en bas » !  Il nous faut donc descendre. C’est une  autre façon de dire que nous sommes invitées à une conversion quotidienne. Alors, à l’image de la Trinité, notre interculturalité pourra devenir signe d’espérance prophétique.

Dans cette réflexion introduisant notre chapitre, nous avons bien retrouvé notre charisme. Il s’inspire en effet de l’unité dans la diversité des trois personnes de la Trinité. De ce fait, il nous invite à sortir de nous-mêmes pour aller vers les autres en accueillant leurs différences. Vaste programme !

Partager l'article :

Facebook